Jean-Luc Caturla, auteur et photographe du livre Musique & Rencontres

Jean-luc Caturla

Une vie

Dès l’âge de 10 ans, j’ai découvert, auprès d’une des sœurs de mon père, les disques 45 Tours qui tournaient sur le pick up de son salon : Elvis Presley, Helen Shapiro, Sarah Vaughan, Ray Conniff … Ce n’est que plus tard que mes parents m’offrirent mon premier Teppaz, couleur rouge et noir. Ma mère, qui chantait ou fredonnait souvent, prit plaisir à acheter les premiers 45T. Pour ma part mes premiers disques furent les Shadows, mais j’aimais aussi Claude François, Marcel Amont, Adamo, Dutronc ou Petula Clark. Mon premier disque classique fut la célèbre Toccata et Fugue en Ré mineur de Bach. Mon premier classique 33T qui m’avait été offert par une autre de ses sœurs fut le Lac des Cygnes en édition Luxe. Je dois beaucoup à ma mère cette culture musicale et cinématographique, cet amour des artistes ; elle était incollable sur tel ou tel acteur. Elle-même s’était fait une belle collection de disques et de Films DVD. C’était quelque part notre trait d’union, je la soupçonne même, et ce jusqu’à la fin de sa vie, de s’être acheté certains albums juste pour le prétexte de me faire déplacer, mais surtout pour me voir et échanger.


Une passion

Cette passion communiquée était aussi en moi. J’aimais la musique, j’aimais la photo, et finalement la conjonction des deux était parfaite. Je ne concevais pas un concert sans photos, par contre je ne voulais en aucun cas en faire commerce. De l’argentique au numérique, de la diapositive à la clé USB, les années sont passées et les concerts aussi.


Un partage

Ce livre est avant tout un partage, un partage de souvenirs, d’anecdotes, de photos bien sûr. Je ne pouvais pas laisser dans des bacs tous ces documents et rester avec l’envie d’en parler, de raconter, de montrer, mieux encore de commenter. Le journalisme aurait pu être une autre voie de ma carrière mais c’est sur d’autres chemins que je menais ma vie. Je ne regrette pas ces choix et préfère de très loin ce parcours et cette solution d’édition sur le tard pour mieux en apprécier le contenu et savourer chaque page, surtout quand ce sont d’autres mains qui les tournent. Apprécier la qualité du travail fourni, être récompensé par la joie du lecteur, voilà le plaisir partagé.